ENTREVUE – Deux questions à l’art-thérapeute Christy Thompson

Nous sommes ravies de vous présenter Christy Thompson qui a commencé son mandat d’art-thérapeute à La Maison Marguerite en pleine pandémie, en décembre 2020. Christy est diplômée du programme de maîtrise en art-thérapie de l’université Concordia (2020). Une grande partie de son travail avec les clients et sa recherche de maîtrise ont été axés sur le deuil et la perte, des sujets que les femmes de notre organisme connaissent très bien à plusieurs niveaux. Son implication aide à prévenir et à calmer des situations de crises et de détresse dans le contexte actuel. Nous lui avons posé deux questions.

 

Q .Pourquoi instaurer un programme d’art-thérapie ?

R. C’est une pratique thérapeutique qui utilise les matériaux artistiques, le processus créatif et l’œuvre d’art qui en résulte pour explorer les pensées, les sentiments et les émotions, avec l’aide d’un art-thérapeute qualifié. Depuis mon arrivée et à partir du sondage que j’ai fait auprès des femmes, je tente de concevoir un programme qui répond aux intérêts des femmes hébergées dans les studios de La Maison Marguerite, aux locataires des Appartements Marguerite et puis des femmes au court terme (service d’urgence) en leur offrant un espace pour qu’elles puissent exprimer plus profondément leurs émotions afin de parvenir à réduire leurs sentiments, tel que l’anxiété, la douleur physique et l’isolement social. Bientôt le programme sera élargi aux femmes en suivi post-hébergement.

L’art nous entoure : dans la nourriture, les plantes, le bricolage, les petites choses, la sécurité et l’embellissement d’un logement, etc.

Q. Pouvez-vous nous donner un exemple concert de votre approche pour “rebâtir des vies” ?

R. L’art-thérapie est un processus et non pas un produit final. Durant la période estivale, j’ai profité de l’espace jardin de La Maison pour offrir une activité de jardinage de groupe, faire sortir et faire bouger les femmes dans un environnement authentique et sans jugement ! Dans le cas où une femme vit des émotions fortes, telle la colère, eh bien, l’arrosage des plantes, le désherbage, semer une graine dans le sol, lui permet de voir le cycle de la vie, de planter de nouvelles idées, c’est une façon de grandir. J’essaie de susciter une nouvelle prise de conscience sur leur vie. C’est notoire que lorsqu’elles passent une heure ou deux au jardin, les femmes se sentent plus calmes et confiantes en elle-même. Aussi, j’aime travailler avec les métaphores, le jardin c’est le lien avec la terre, c’est de trouver ses propres racines au-delà de ses racines familiales fragiles.

 

Témoignages de participantes au programme d’art thérapie

Je vivais une période difficile, mais j’ai pu m’en sortir à l’aide de beaucoup de personnes qui m’ont soutenue et accompagnée jusqu’à la fin de cette tragédie. Christy m’a guidée à l’aide de thèmes ciblés ou plus généraux, comme par exemple, les émotions, les souhaits, les rêves et les fantasmes, les projets, l’image de soi, la famille, les milieux et les situations. C’était des séances bien équipées avec toutes sortes d’affaires qui donnent envie de manipuler et surtout avec une personne que tu sens super confortable et qui m’a aidée à nourrir mon intérêt naturel, en tant qu’être humain, de fabriquer des objets et de produire des images et raconter mon histoire là-dedans. Merci ne suffit pas pour exprimer mes sentiments à vous et surtout à Christy qui était toujours là pour me faire découvrir cette sensation d’exprimer et de dévoiler tout…Merci!     Aya*

Je dessine comme un enfant de cinq ans donc j’ai pensé que cela ne me conviendrait pas. Cependant, je voulais vraiment travailler sur certains problèmes qui me maintiennent dans un état anxieux, alors je me suis inscrite au programme d’art-thérapie. J’ai vraiment profité de l’environnement serein où on m’a montré comment gérer mon anxiété avec différentes activités bénéfiques pour moi comme le jardinage, un tableau de vision que je fabrique, le travail avec de l’argile et la peinture. Cela a été très stimulant pour moi, J’ai trouvé un peu de guérison dans cette thérapie, de mes blessures passées et je suis très enthousiaste à propos de ce programme et de la façon dont il m’aide.     Cheryl*

*les noms ont été changés pour des raisons de confidentialité

Le programme est rendu possible grâce à  :

La Fondation canadienne des femmes pour l’art-thérapie / programme Rebâtir les vies

  • don sur 3 ans, permettant 21 heures par semaine d’art-thérapie.

Le Ministère de la santé et des services sociaux

  • Rehaussement de subvention de façon pérenne afin de bonifier des services, permettant 14 heures par semaine d’art-thérapie.
By |2021-11-24T17:09:14-05:00novembre 23rd, 2021|Le Blogue, Nouvelles|Commentaires fermés sur ENTREVUE – Deux questions à l’art-thérapeute Christy Thompson
Go to Top